(oui, c’est la semaine des titres en angliche) (c’est que je suis bilingue)

Vous le savez, je voyage beaucoup. Enfin, je vais et je viens entre tes reins entre le TGV et les aéroports, entre l’Est et l’Ouest, et parfois le Sud ou le Nord. De la France à l’étranger. De ci, de là, d’ailleurs. Toussa. Je parlais il y a peu des touristes (les autres) qui m’insupportent par leur comportement irrespectueux. Mais parlons un peu… de moi. Moi et le Garçon pensons être de ‘bons’ touristes. Des gens curieux, polis, intéressés par l’environnement qu’ils découvrent et les gens qu’ils rencontrent. Un couple qui aime la nature, la bonne bouffe, les randonnées, la mer, les villes; qui n’a pas peur de marcher des kilomètres pour aller d’un endroit à un autre, ou de tester les coutumes locales.

(ok, en Guadeloupe on s’est quand même payé un gîte de luxe, mais voilà quoi on a goûté de la vraie daurade au barbeq)

Ca, c’est ce qu’on aimerait être. Ou, au moins ce qu’on aimerait que nos rencontres et hôtes de voyage pensent de nous, lorsqu’on leur demande des conseils sur quoi faire, où, quand, comment, que découvrir.

Malheureusement, nous partons avec un handicap majeur. Une caractéristique qui nous empêche – semble-t-il- de ressembler à ce que nous sommes. Qui retient les autochtones (spécialement en France) de nous donner les vrais bons plans, les vrais trucs intéressants à faire, la vraie vie d’ailleurs. Qui leur fait prononcer des phrases telles que: « à partir du moment où vous dites bonjour, s’il vous plait, merci et au revoir, les gens vous rendront service« , ou « vous avez une voiture ? parce qu’à pieds c’est loin, au moins 10 minutes« …


Nous sommes parisiens

(enfin, c’est ce que dit ma déclaration d’impôts)

Et croyez le ou non, mais c’est complètement hallucinant de voir comment les provinciaux nous considèrent, lorsque nous sommes en mode touristes. Dernier souvenir en Bretagne, où notre hôte à Saint Malo (ancien parisien lui même…) nous explique le chemin à prendre pour aller visiter la vieille ville, et nous sort « vous êtes parisiens ? bon, là de là à de là il y a à peu près 2 stations de métro ».

Nan mais quoi ??! A Paris on connait pas les distances ? On sait pas compter en mètres ou … ?

et en stations de métro Berlinoises, ça fait quoi ?

La même pour « le monde », parce que, vous comprenez, c’est la haute saison, alors faut pas compter manger après 19h15. Pour le Mont Saint Michel ? Allez y tôt, sinon ça va être invivable. Parce qu’en tant que Parisiens, on est persuadés que le reste de la France n’est pas blindé de monde !? Je veux dire, le Mont Saint Michel, à côté de la 13 le matin, c’est du pipi de mouette ! Je passerai les autres locataires de la maison d’hôtes (originaires de Montpellier), pour qui Paris c’est invivable (pourtant j’y suis pas morte), où personne ne connait personne (mais oui à Montpellier c’est bien connu tout le monde s’aime), and so on.

Autre exemple, à l’étranger cette fois, où les gens que nous rencontrons sont étonnés de voir que nous parlons bien anglais, et que nous sommes vachement sympas pour des Français (Français = Paris). Parce qu’à Paris, les gens ne sont pas très gentils avec les touristes…

Sincèrement, je commence à avoir honte de dire que je viens de Paris lorsque je pars en vacances. Que ce soit en Guadeloupe ou en Bretagne, ou même ailleurs, on semble avoir une réputation de gens complètement fermés d’esprit, incapables de marcher et de passer du temps dans la nature, qui n’y connaissent rien et remplis de clichés sur les régions (ex: En Bretagne on mange des crêpes. En Guadeloupe les locaux ne sont pas gentils avec les métropolitains).

Et me sentir oligées de préciser alors que « on est pas Parisiens d’origine, vous savez, on a vécu en Province…« .

dire que j’ai grandi pas loin de là…

Pourtant, je marche quinze fois plus à Paris que chez mes parents (où mon voisin prend sa voiture pour aller chercher du pain). Je connais des gens qui voyagent beaucoup, qui sont très cultivés, et qui aiment le sport et la nature. Je parle anglais couramment, et c’est le cas de la plupart de mes amis (parisiens).

Alors j’essaye de comprendre. D’où vient cette image de merde qu’on donne lorsqu’on annonce qu’on vient de Paris ??!! Qui sont ces cons de Parisiens qui ont généré ces a prioris pourris ? Dois-je mentir et raconter que je viens d’Aix en Provence (où, c’est bien connu, les gens sont vachement plus polis qu’à Paris – LOL) pour me prendre cette remarque très originale (ça marche à trous les coups): « Oh, c’est joli Aix en Provence » ?

Et ce regard de compassion lorsqu’on annonce qu’on repart vivre dans notre métropole polluée et hyper urbanisé (re LOL).

P*tain.

Je ne dis pas que les Parisiens sont parfaits, gentils, polis, ouverts, qu’ils aiment absolument la nature, les vaches et les petites fleurs, ni que la qualité de vie ici est meilleure qu’ailleurs, mais quand même, faudrait pas pousser. Déjà plus de la moitié des « parisiens » que je connais ne sont pas d’ici. La grande majorité vit à Paris par choix (professionnel, ou pour les avantages de cette ville – oui il y en a). Deuxio, il y a plus de vaches en Ile de France qu’en PACA (oui, chez nous on a des chèvres et des brebis) (et non je parle pas seulement du Salon de l’Agriculture). Tertio… c’est pas parce qu’on vit (pour des raisons X ou Y) dans notre capitale qu’on en devient forcément con et arrogant.

meuh

Sur ce, bon week end, profitez des TGVs hors de prix et blindés, pour moi ce sera… Paris.

Rendez-vous sur Hellocoton !


14 commentaires sur “i love rien

  1. C’est une excellente question ! Que je me pose aussi chaque fois que je rentre en province dans ma famille et que je suis accueillie par un « alors la parisienne , pas trop dure la vie ? » avec un soupçon d’ironie et de moquerie qui me gonfle, ou alors pour peu que je dise que j’aime bien vivre à Paris à n’importe quel clampin, j’ai l’impression qu’on me prend pour une folle…

    dans la catégorie « j’ai des envies de meurtres » y’a aussi la copine qui a galéré pendant plusieurs mois pour trouver un stage parce qu’elle a catégoriquement refusé de passer 6 mois à Paris « tu comprends c’est invivable, impersonnel, les gens sont froids, pressés, je m’y sens pas bien… » alors qu’elle habite Lyon (petite ville conviviale où tout le monde se dit bonjour dans la rue hein ?!) et qu’elle a adoré vivre à Montréal ! Des fois y’a des baffes qui se perdent !

    (dsl pour la longueur, j’aurais du en faire un article en fait)

  2. Réponse personnelle sans intérêt :
    Je n’ai jamais dit, en province ou à l’étranger, pendant les 4 années que j’ai passé à Paris, que j’étais parisienne.
    Je nous englobais dans le « nous venons de Bretagne », bien que je sois la seule à l’être.
    D’une, ça évite le : « Ah oui, où ça à Paris ? » et l’obligation de répondre Neuilly. Et savourer la tronche des gens (mais au bout d’un moment ça lasse).
    De deux, ça me permettait d’instantanément capter l’attention des gens et de retrouver un capital sympathie que jamais un parisien ne pourrait avoir. Parce que c’est une région connue, marquante, et auquel les gens s’attachent tout de suite, même s’ils n’y passent qu’un weekend. (et ouais !)
    Donc, pour rien au moins je n’aurais dit que j’habitais de Paris. « Je viens de », même quand on y habite plus, ça reste vrai. C’est l’essentiel.

  3. Yeah, moi aussi je viens d’une ville de province, en l’occurrence, Toulouse (après 8 ans à Aix-en-Provence). Tout le monde me dit que Toulouse, c’est trop top. Qu’il fait beau, que les gens sont sympa, que ça a dû être la folie de grandir là-bas. FAUX. FAUX. FAUX.
    Je me plais 10 fois plus à Paris depuis que j’y habite (4 ans tout de même).
    Il y a une grande différence entre vivre à Toulouse tous les jours et venir 3 jours pour voir des copains et boire du pastis. Le centre ville est minuscule, les gens pas forcément plus sympa que dans certains coins de Paris, il y a beaucoup de zonards et de SDF qui errent dans le centre et la criminalité est assez élevée. Ah, et la politique d’urbanisme est désastreuse. A part dans la « vieille ville », on trouve beaucoup de bâtiments dégueu construits à la va-vite dans les années 50 et 60, et la fameuse « brique » sert souvent de cache-misère.

    Alors, arrêtons de taper sur Paris, c’est trop facile !

    Bon, c’est vrai que dès qu’il fait + de 25 degrés, Paris est invivable, mais c’est une autre histoire ;)

  4. @LeReilly (tiens toi, ça fait un bail !!)
    oué c’est vrai ça me soule de mettre 200€ dans un A/R Paris Aix..

    @azerty c’est un peu soulant ce genre de remarques à la longue, on en vient à écrire des posts limite « pro » parisiens à cause de ça ;)

    @Virginie ;)

    @Lousia j’y pense, parce que je me sens plus « provençale » que parisienne, mais c’est un peu un réflexe : « vous arrivez d’où ? » « de Paris ». le Garçon étant d’Alsace et moi du Sud ça commence à compliquer les choses…
    mais au final il y a des clichés sur toutes les origines, c’est juste que ceux sur Paris sont moins agréables à supporter

    @Neil ya sûrement plein de villes sympas aussi (dont Toulouse selon certains dires), et je soutiens pas Paris à 100%, juste le principe de « t’es parisien donc t’es con / tu connais rien à la nature » m’énerve :)

  5. Euh, je sens bien que t’es un peu énervée là, mais y’a un truc quand même avec les Parisiens. On en a reçus quelques uns, et je peux t’assurer par expérience qu’il y a quelques chose. C’est difficile à raconter, j’ai pas d’exemple concret à te donner, mais c’est dans la manière de s’exprimer, de poser les questions… Un mélange de naïveté et d’émerveillement dans la découverte du monde qui vit en dehors du périph qui est assez gonflante en fait. Mais rassure-toi, les Nantais sont pas mal non plus.
    Bisous

  6. @Soizic je veux bien croire qu’il y a des gens qui n’ont jamais vu de vache/mouton ou qui ne savent pas qu’une patate est un tubercule qui pousse dans la terre et que sur les rochers ya du varech qui glisse, mais c’est pas le cas de tout le monde, et c’est ça qui m’agace: t’es parisien, donc t’es forcément inculte de la nature :'(
    (je veux venir dans ton île !!!)

  7. Tu vas rire si je te dis que je viens d’Aix en Provence ? ^^ Non, mais c’est vrai en plus. J’y ai vécu 27 ans et après je suis montée sur Paris (4 ans). C’est marrant parce que quand je vivais dans la capitale je soulevais des montagnes pour mon sud et quand je redescendais chez moi pour un weekend ou des vacances, quand j’entendais la fameuse phrase que tu cites « Alors, elle va bien la parisienne, pas trop dur d’avoir quitté Aix ? », j’étais la première à me contredire en les traitant tous de péquenots ^^
    Non, mais c’est vrai quoi … Les Bordelais à qui je dis être venue de Paris (dernière destination en date), ont l’air de me plaindre et quand je leur dis que je suis plus qu’originaire d’Aix (ds le sens où j’y ai vécu longtemps), ils ont l’air d’être rassurés. Non, franchement, je vois très bien de quoi tu parles …

  8. Quand tu viendras, promis on t’embêtera pas avec ça ; par contre, t’as intérêt à goûter les repas avant de me dire que tu n’aimes pas, parce que ici : poisson, oignons, légumes, et algues sont aux menus quotidiens ! Ca va être bien, tu verras …
    Bisous

  9. Dans les pays germanophones, notre réponse est « on vit en alsace » ou « on est alsacien » avant de dire qu’on est français et le pire c’est que ça change la donne au niveau des relations !
    (mais je ne suis pas très crédible en alsacienne vu que je ne parle pas allemand)
    Mais dans le même genre j’ai vécu l’inverse vivre en région parisienne pendant 20ans et m’expatrier en alsace … je peux dire que j’en ai entendu des choses enfin surtout des conneries du genre « mais c’est pas trop dur comme changement » avec l’envie de répondre « si si j’ai songé plusieurs fois à me suicider » (juste pour voir leur tronche se décomposer :D )

  10. J’avoue que les parisiens sont parfois assez fermés et on des comportements qui frisent l’impolitesse et le ridicule mais il y en a aussi des polis et des souriants :)
    Par contre, plusieurs étrangers que je connais ont été vraiment mal reçus en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>